Skip to content

Attention changement d’adresse !!

Depuis mai 2014 Le temps des glucides

sur le net

Le blog : http://leblog.letempsdesglucides.com

L’entreprise : http://www.letempsdesglucides.com

Logo LTDG

icone-apple1icone-android2

 

Publicités

La voila, l’application mobile LTDG, le plus simple de tous les compteurs de glucides !

Elle est enfin disponible pour Androïd et Apple

 

iPhone p00LTDG est une application mobile permettant aux diabétiques de noter, mémoriser, calculer les quantités de glucides. Ce sera le discret compagnon de tous vos repas.

Le Temps des Glucides ? C’est l’application dont vous êtes le héros 🙂

Conçue comme un jeu de construction, vous allez vous fabriquer VOTRE application, celle qui correspond le mieux à vos repas, vos habitudes quotidiennes. Totalement personnalisable, elle se fera oublier par son ergonomie fluide. Noter ses glucides ? Aussi rapide qu’envoyer un SMS ! Vous pourrez notez les glucides en fonction de vos préférences, mémoriser des repas, modifier l’ordre des lignes, les textes, les couleurs. Elle remplace votre calculette, le calcul mental, le carnet de notes. Elle vous simplifiera l’insulinothérapie fonctionnelle.

Une appli de plus ? Non, pas vraiment. En quoi est-elle spéciale ?

Elle est construite sur la base des observations de vos pratiques, utilisée pendant plus de 9 ans pour notre fils, testée par un groupe de personnes diabétiques et améliorée grâce à des médecins.

Elle va à l’essentiel : une fois pris en main, c’est le plus rapide de tous les calculateurs de glucides. Il s’adresse aux diabétiques qui ne veulent plus manipuler un grand nombre d’écrans.

C’est la seule application sans base de données ! Vous pourrez en revanche créer « vos listes d’aliments » pour chaque repas. Au fils du temps, on utilise exceptionnellement les bases de données, en revanche on a toujours besoin de compter ses glucides 4 à 5 fois par jours.

Elle aidera les parents : entièrement paramétrable, elle permet de créer un écran spécifique pour confier leur enfant diabétique à l’entourage ou le laisser seul pour un repas. Notre fils et un de ses copains l’utilisent déjà !

Elle est le fruit d’une collaboration étroite entre nous et les collaborateurs d’Einden Studio, qui ont su traduire notre méthode en une ergonomie intelligente et fluide.

 Comment LTDG « Le temps des glucides » estime les glucides ?

  1. Facteur glucidique : c’est le pourcentage de glucides contenu dans un aliment : je pèse mon aliment, je connais son pourcentage en glucides. Par exemple : 20% de glucides, féculents. (Et vous pouvez affiner).
  2. Direct glucides : le total en grammes de glucides d’un aliment que vous connaissez ou que vous trouvez sur l’étiquette. Vous pouvez avoir plusieurs lignes « Direct glucides » dans le repas.
  3. Portions ou équivalences, une quantité fixe de grammes de glucides : 5g, 10g, 15g, 20g, sont les plus courantes ; vous pouvez les faire correspondre à un contenant (cuiller, bol).
  4. Ma liste : vous entrez et retrouvez vos aliments courants, par exemple : un éclair au chocolat, une crème dessert, une compote etc.

Avec Einden Studio, nous avons développé une version avec calcul intégré de la dose d’insuline en fonction du rapport insuline/glucides. Nous travaillons sur son agrément « dispositif médical », démarche longue et coûteuse… mais nous sommes tenaces dans la famille Le temps des glucides !

Pour plus de précisions, rendez-vous sur le site Le Temps des Glucides.

Capture d'écran 2014-05-09 18.14.44

 

Le Temps des Glucides : premier prix national « e-nutrition », encouragé par des diabétologues et des spécialistes de la e-santé.

 

 

Les sucres ! Cinquante nuances de… roux !

image blog 1Blanc, blond, brun

• Le sucre blanc : c’est du saccharose  provenant de la canne à sucre ou de la betterave sucrière, débarrassé de tous ses minéraux et vitamines. On le trouve en poudre, cristallisé ou en pierre. Malgré son goût « sucré », c’est un aliment acide et pour combattre cette acidité, notre corps va devoir libérer des minéraux basiques (contraire d’acides) afin de retrouver l’équilibre acido-basique. Le sucre blanc n’apporte aucune vitamine et il est donc déminéralisant. Bien sûr, les glucides sont nécessaires à notre organisme et pour remonter les hypoglycémies, le sucre blanc est conseillé.
• La vergeoise : elle n’existe pas en bio. C’est un sirop de sucre blanc issu de la betterave, recuit pour que son goût soit plus prononcé : donc très proche du sucre blanc.
• Le sucre de canne blond : contrairement au sucre blanc, il conserve un peu de mélasse. Son petit goût parfumé est agréable, on aime bien l’utiliser pour les confitures. Sur des tartes en fin de la cuisson ? un délice…
• Le sucre de canne brun : plus riche en mélasse que le sucre blond, son goût est plus prononcé et sa couleur plus sombre. On peut l’utiliser dans les gâteaux, les yaourts et pour les fruits cuits.

Sucres roux : attention aux surprises !

Hors label « agriculture biologique », certains sucres dits « roux » ou cassonades ne sont que des sucres blancs colorés avec du caramel ou des colorants artificiels. Ils ne sont donc pas différents du sucre blanc dans leur composition et pourtant on les choisit parfois en pensant favoriser sa santé. Pensez à vérifier sur l’étiquette ; si vous continuez à l’utiliser ce sera en connaissance de cause, pour son aspect et son goût, pas pour ses attributs nutritifs.

Bien différents et à découvrir

• Le sucre de canne complet (ou intégral) : Il n’existe pas de sucre complet de betterave, son goût ne serait pas acceptable. C’est un sucre issu du pur jus de canne cristallisé, séché et réduit en poudre. Il n’a pas été totalement épuré de sa mélasse et il contient encore certains sels minéraux. Il peut être plus ou moins foncé : plus il est clair, moins il a de matières minérales mais moins fort est son goût. A chacun de trouver la bonne nuance.
• Le Rapadura, (Brésil) ou sucanat, sucre brut non cristallisé : c’est un jus de canne à sucre déshydraté, issu de l’agriculture biologique. Puisqu’il conserve toute la mélasse, qu’il n’a subi aucune transformation ni raffinage, il conserve tous les sels minéraux, vitamines et acides aminés de la canne à sucre. Comme il n’est pas cristallisé et contient encore de l’humidité, son apparence est un peu bizarre, couleur non homogène, petits et gros « grumeaux ».
Ses adeptes disent qu’il fortifie l’organisme et il ne favorise pas les caries. Très foncé, son goût de caramel en fait un aliment à part entière, au-delà du simple « sucre »… Si vous avez cette curiosité : rendez-vous dans une coopérative biologique et aller regarder les sucres en vrac ou en sachet, vous verrez différentes nuances de couleur et donc de goût. N’hésitez pas à en goûter plusieurs pour choisir le vôtre. C’est notre petit préféré : les enfants l’adorent. Un yaourt nature avec une ou même une demi-cuiller de ce sucre est un délice, beaucoup plus sain qu’un yaourt aromatisé artificiellement et moins chargé en glucides.
• Un détour par le Canada, le sirop d’érable : C’est un sirop brun translucide très parfum issu de la sève de l’érable, tirée en hiver et évaporée. Le fructose de la sève d’érable disparaît presque totalement au cours du chauffage et s’associe au saccharose pour former une nouvelle molécule, que les Canadiens nomment  » sucrose « . Seul le sirop d’érable de haute qualité, notamment biologique, a un intérêt. Les canadiens conseillent de bien regarder l’étiquette pour ne pas acheter des « copies » de sirop d’érable qui ne sont que des sirops de glucose caramélisés sans intérêt particulier.
• Au Mexique, le sirop d’agave : c’est le jus du cœur d’un cactus mexicain, qui est concentré par évaporation. Sa couleur est claire et sa saveur assez neutre. Il est très riche en fructose et en minéraux.
En conclusion : prenons le temps de lire les étiquettes, pour consommer en connaissance de cause. Attention aux idées fausses sur certains sucres de canne « roux », identiques au sucre blanc. Mon avis : privilégions les sucres biologiques de type sucre intégral et choisissons la couleur et le goût plus ou moins prononcé en fonction de la sensibilité de nos papilles ! Les diabétiques sont contraints de consommer du sucre blanc en cas d’hypoglycémie, alors dans les autres occasions (repas, desserts, goûters) essayons de varier les sucres.

Et comme toujours, modération dans tous les sens. Une pierre de sucre blanc n’est pas la réincarnation de Satan et se goinfrer de Rapadura ne nous fera pas beaucoup de bien !

Aux Portes des Fjords pour les enfants diabétiques

Voilà une aventure comme on les aime chez nous !

Photo

2 triathlètes de Cormaris Triathlon qui défendront les couleurs de la France dans la catégorie hommes, le 1er septembre 2014 dans l’archipel de Stockhölm.

Bravo à Emmanuel et Fabien qui ont choisi au travers de cette aventure humaine et sportive de soutenir une CAUSE, celle des enfants diabétiques insulino

Newsletter Numéro 1 Team 56 Origines

https://sites.google.com/site/enduranceshopteam56/

http://sites.google.com/site/cormaristriathlon/

Connaissez-vous le site Vivreavecundiabète ?

V_A_U_D pour les intimes : un incontournable !

vaud

http://www.vivreavecundiabete.com/blog/

Vous pouvez avoir confiance en Fred, il est présent sur le net depuis longtemps et ses informations sont hyper fiables. Il est très exigent, ce qui donne une vraie valeur à ses analyses des différents matériels que nous utilisons (mesurer la glycémie, se piquer, gérer ses données etc). vous pouvez vérifier le sérieux de ses informations en lisant les mentions légales du site :

http://www.vivreavecundiabete.com/blog/a-propos-du-site-son-contenu-son-webmaster/

Plusieurs fois par mois, vous découvrez des podcasts ou des vidéos, portant sur tous les sujets qui vous intéressent : contrôle en continu, les remboursements, les nouveautés  (du bracelet safesport ID au lecteur de glycémie connecté Dario).

Fred réalise aussi des brèves de vulgarisation scientifique de bon niveau nous permettant de découvrir les avancées de la recherche.

Vous pouvez donner votre avis, et découvrir ses célèbres comparatifs. Nous sommes bien nombreux à ne jamais choisir un nouvel appareil sans aller voir ce qu’on en dit sur ce site.

Ce site et ses dérivés ont été mis à l’honneur lors de la Matinale diabète2.0, pendant laquelle j’ai pu applaudir l’intervention de Fred !

http://www.vivreavecundiabete.com/blog/2014/02/matinale-doctors-2-0-video/

Vous le trouverez ailleurs, sur youtube

, Twitter, Facebook et les autres réseaux sociaux

Et… vous pourrez même visiter le musée !!! un vrai village ce V-A-U-D !

Hey ! Pourquoi n’aimons-nous pas peser ?

Avec Paul, nous, on pèse. Pas tout le temps, mais on pèse. Pourquoi ?

Polo Balance

 Le diabète et ses énigmes… pourquoi cette hyper ? Pourquoi cette hypo ? Dois-je adapter mon insuline lente  ou mon basal ? La nuit, il ne se passe rien, et pourtant, des yoyos. Je vais faire du vélo, ma glycémie va faire quoi ? Bref, même si on gère, on note, on essaie d’adapter, beaucoup de facteurs dérangent l’équilibre glycémique et échappent à notre contrôle.

Avec l’alimentation, au moins, on peut espérer un peu de maîtrise !  On sait bien que compter au mieux ses glucides garantit des glycémies post prandiales plus correctes. Alors si de temps en temps on peut s’accrocher à des valeurs sûres, pourquoi hésiter ?

 Moi, peser les aliments de mon fils, ça me rassure. Cela me semble un bien petit effort à côté des autres contraintes du diabète et quelle gratification quand la glycémie est dans les objectifs !

 Alors peser : y’en a pour tous les goûts ! Trois pistes….

 1‑Choisir ce qu’on pèse. Par exemple : Si on est exigent, on peut tout peser ou  presque ; sinon on peut choisir de peser certains aliments et pas d’autres. Par exemple le pain et les féculents : les pains peuvent varier en poids, en densité. Les féculents, c’est le plus difficile à évaluer à l’œil, avouons- le. Même si on peut les estimer à la cuiller ou la louche, ou au coup d’œil dans l’assiette, cela reste source d’erreur.

 2‑Choisir les moments où l’on pèse. Par exemple : A la maison, au diner et on laisse tomber pour les autres repas, Pendant les vacances et c’est tout. Quand on a le temps, C’est toujours bon à prendre ! Puisque c’est la moyenne de nos résultats qui compte.

 3‑ Ruser. Par exemple : Peser une fois des aliments et utiliser toujours  le même contenant : par exemple, je pèse ma part de riz cuit dans un bol chinois, je note le poids et sa correspondance en glucides. La prochaine fois, nul besoin de peser, le bol sera ma référence ! On peut imaginer cela pour les féculents, les compotes, les crèmes, les fromages blancs. Il suffit de prendre des repères avec un ustensile de cuisine, cuillère, louche, verre, bol.

Et si habituellement vous repérez les quantités à l’œil, il peut être utile de peser de temps en temps vos assiettes pour réactualiser vos estimations.

Une question : pourquoi  cette  balance est-elle la bête noire des diabétiques ? 3 idées reçues :

1-« C’est pénible, ça prend du temps »… ok, mais de toute façon le diabète prend du temps. Les erreurs d’estimation et leurs hyper-hypo… ça prend aussi du temps et ça prend…la tête ! Et puis soyons honnête : utiliser son robot de cuisine, sa centrifugeuse,  vernir ses ongles, tailler sa haie… hey ! ça prend du temps aussi, non, et ça ne choque personne ?

Une astuce : organisons notre cuisine comme des pros de l’ergonomie : une jolie balance, posée au bon endroit, sur une petite desserte posée à côté de la table de cuisine, et éviter les déplacements inutiles. Moi par exemple pour faire mon pain chaque jour sans me lasser, j’ai organisé à portée de main tout ce qu’il me faut : farine, ustensiles, sel, machine et… balance de cuisine.

2- « Ça fait maladie » : euh, oui, peut-être, mais là on va bien être obligé d’accepter l’idée d’être malade et tout se passera mieux. Etre malade, c’est un état comme un autre. Un mode de vie, dirait un de mes amis sur Facebook qui se reconnaîtra!

3- « Ça fait régime » : peut-être, mais justement, pour un diabétique, calculer les glucides au plus près, ça veut dire plus de liberté alimentaire si on sait adapter ses doses d’insuline !

 Les sportifs aussi !

La balance, la diététique, ce n’est pas fait que pour les malades !  Ici, nous fréquentons beaucoup de sportifs, nous sommes abonnés à des revues sur la course à pied et le triathlon. Et bien, c’est ainsi que j’ai appris ce que je sais sur la nutrition, car les sportifs, autant que les malades s’intéressent à l’alimentation et aux glucides. En fait, ils observent le fonctionnement de leur corps et mesurent d’une manière ou d’une autre leurs aliments, repèrent leur composition pour améliorer leurs performances. Exemple : cormaris triathlon.

Et devinez où on trouve souvent une partie des informations fiables et accessibles sur les glucides ? Sur les sites destinés aux sportifs !

Les laboratoires de recherche en sciences du sport regorgent de chercheurs qui s’intéressent aux aliments, publient et font des découvertes sur ces sujets. Allez voir le blog de notre amie Mam’an Forme,  exemple : journal d’une maman en forme

 Prenons le temps de réfléchir : ce n’est pas peser qui nous ennuie, c’est l’idée qu’on s’en fait ! Acceptons-là une fois pour toute et peser nous ennuiera moins.

Et comme d’habitude, c’est un point de vue, un témoignage, et chacun doit trouver sa propre voie en fonction de ce qui est pour lui acceptable. Il faut maintenir sa motivation dans la durée.

Haut les cœurs, on est les sportifs de la glycémie au top, c’est ça notre challenge !IMG_3696

Réinventer les manières d’apprendre, un défi pour la e-santé ?

L’ambition du Temps des glucides : mettre à disposition des malades du diabète les meilleures méthodes pédagogiques pour se faciliter la vie.

IMG_0072

C’est sûr, la e-santé peut devenir un laboratoire pédagogique. Pourquoi ? L’urgence de la maladie chronique, la force de la communauté, la liberté des outils du web2.0 sans les contraintes des institutions.

Les formations en ligne du Temps des Glucides seront un condensé de ce qu’on sait sur la mémoire,  sur les manières d’apprendre efficaces, dans le cadre du diabète. Quelques clés de réussite : on retient mieux les informations si on est acteur de sa formation(le « learning by doing » du philosophe John Dewey), on réussit mieux s’auto-évaluant, on travaille mieux dans le plaisir et à son rythme. Les pédagogues disent aussi qu’on mémorise plus facilement ce qui est bien organisé (on retient mieux, par exemple, une mélodie qu’une série de notes sans suite ! à transposer sur les glucides).

                                                                   

IMG_0787

Des patients et des professionnels de santé coopèrent ; des patients et des pédagogues s’associent ; des experts en numérique traduisent tout cela sur le Web : derrière ce  projet que nous menons avec vous se cache une révolution culturelle.

Avec le Temps des glucides, sortons du cadre, pour imaginer de nouvelles façons d’apprendre. Vous qui nous suivez, notre communauté, vous serez les pionniers d’une nouvelle forme d’éducation à la santé, un Fablab pour se soigner.

Parce que les malades et leur famille doivent être créatifs pour se sortir de toutes les situations difficiles ! Alors nous n’hésitons pas à nous entraider et apprendre avec le groupe. En organisant nos connaissances, avec un zeste d’outils numériques, une bonne dose de connaissances en pédagogie, nous allons ensemble  donner une autre image du diabète.

C’est un article de l’excellent magasine Socialter, (http://www.socialter.fr/) et quelques travaux universitaires récents qui nous ont inspiré ce billet.

Si on nous avait dit que le diabète de Paul nous aurait entraînés là-dedans !

Le petit déjeuner : le repas à privilégier

Réussir son petit déjeuner, c’est réussir sa journée !

IMG_3577

Il ne faut pas sauter le petit déjeuner ! Ce n’est pas une évidence pour tout le monde : la dernière enquête du Credoc (centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) montre que de plus en plus de français sautent au moins un petit déjeuner par semaine. Les adolescents ont même tendance à en sauter plusieurs. Pourtant, les chercheurs montrent que les personnes qui mangent régulièrement un petit-déjeuner ont tendance à avoir un indice de masse corporelle inférieur et un taux de sucre dans le sang mieux contrôlé que ceux qui sautent ce repas.

D’autres français sont au contraire très attachés à un petit-déjeuner traditionnel, pas forcément très équilibré, mais rassurant : très sucré et plutôt gras. Pourtant le petit-déjeuner n’est pas un repas à part, même si cette idée est  relayée par les médias et les industriels ! (existence d’aliments « spécial petit-déjeuner »). Les nutritionnistes montrent que le petit déjeuner est un repas comme les autres, qui doit couvrir une partie des besoins de la journée, et doit comporter une variété d’aliments.

Déjà, pour se donner faim et bien commencer la journée : imaginez une jolie table, changez le décor, les habitudes! Un bouquet, de jolies serviettes en papier, une petite nappe ! Pourquoi pas le petit déjeuner aux chandelles !

1 – L’essentiel : Un petit déjeuner s’organise entre ces groupes d’aliments, à nous d’identifier ce qui nous va le mieux, en variant les plaisirs !

  • Un thé ou un café, pour bien hydrate
  • Un fruit ou un jus de fruit
  • Un produit céréalier
  • Un peu de sucré pour le plaisir
  • Une protéine, produit laitier ou de soja, œuf, jambon

2 – Il faut boire ! Après une bonne (ou moins bonne) nuit de sommeil, il faut bien sûr s’hydrater. Pourquoi ne pas commencer par un grand verre d’eau au réveil, en préparant le petit déjeuner ? Ensuite, à vous de voir, café, thé, plus digestes que le café au lait, chocolat au lait. Pourquoi ne pas se la jouer Zen ? (n’est-ce pas Stéphane?)Un thé vert dans une jolie théière, un peu de gingembre râpé pour l’énergie ?

3 – Les glucides :oui, mais pas trop, pas n’importe lesquels, pas avec n’importe quoi. Les nutritionnistes préconisent des glucides au petit déjeuner, mais ce repas ne doit se transformer en orgie glucidique ! Le petit déjeuner à la française a été beaucoup critiqué pour cela.  Trop de glucides, trop de calories, absence d’autres groupes d’aliments importants, vous risquez des pics de glycémie. Certains chercheurs accusent même les  surdoses en gluten contenu dans le pain et ses dérivés. Pour les non diabétiques et les types 2 non insulinodépendants, l’insuline sécrétée afin d’éliminer cette énorme quantité de glucides peut provoquer des hypoglycémies!  Pour ceux qui s’injectent de l’insuline, la courbe de la glycémie monte vite et redescend brutalement, même résultat.

Privilégiez les aliments à index glycémique bas qui provoquent moins de pic de glycémies. Pour cela préférez  des pains dont la mie est grise: raffiné (comme la baguette blanche), un pain perd ses principaux nutriments. Des pains gris seront plus rassasiants et plus intéressants sur le plan nutritionnel. En privilégiant les aliments à index glycémique bas, on évite ainsi les pics de sécrétion d’insuline, mais aussi le stockage sous forme de graisse et donc à terme les kilos. Lien pour comprendre l’index glycémique : Video dolcissimo

Calories et  glucides des pains et dérivéestable1

Les petites céréales chéries des enfants, des ados, et… des parents !table2

Pensons à vérifier l’équilibre farineux/sucres sur tableau nutritionnel des paquets de céréales : le chiffre mentionné (« dont sucre ») par rapport à l’apport en glucides total peut vous surprendre ! Les Miels pops, par exemple, et autres céréales soufflées et enrobées sont surtout composées de sucres rapides. Pas nourrissantes, hyperglycémiantes. Choisissons plutôt les pétales comme spécial K, plus légers, ou le muesli, les Country store, certes caloriques, mais nourrissants et complets (proportion plus grande de farineux, moins de sucre). On en mange une petite quantité et on est rassasié !

Petit truc : pour éviter de peser chaque matin les céréales, je les pèse une fois dans un bol chinois, je prends un repère grâce à un dessin de la porcelaine, le tour est joué  pour les autres matins !

4 – Des protéines : la vraie bonne idée ! Les protéines, vraiment bien pour lancer la machine, participer au maintien de la masse musculaire, éviter fringales et le yoyo de la glycémie. « Les Américains, comme les Français consomment suffisamment de protéines finalement trop peu au petit-déjeuner et beaucoup trop au diner. Alors que  pour mieux gérer sa faim et contrôler son poids il est préférable de rééquilibre sa consommation de protéines au cours des  repas et de les assimiler pendant le petit-déjeuner » (Heather Leidy,  professeur à l’Université du Missouri). Consommez des œufs, du jambon maigre ou du poulet froid, du saumon fumé, un peu de fromage, des yaourts en fonction de vos goûts et des conseils de votre nutritionniste.

Un lien pour expliquer l’importance des protéines au petit déjeuner : Des protéines au petit-déjeuner pour garder la forme toute la journée

5 – Les fruits ! L’idéal est de manger le fruit entier, pour apporter des vitamines, des minéraux, des antioxydants et des fibres alimentaires. Les fruits ne contiennent presque pas de graisses ni de protéines. Ils sont riches en glucides mais leur assimilation est relativement lente. Manger les fruits entiers permet d’éviter un pic de sucre dans le sang et vous rassasie. Ils contiennent plus de fibres alimentaires et présentent donc des effets positifs sur le transit.

Les jus de  fruits un peu moins bon pour la santé ? Les jus de fruits sont des sucres concentrés et à assimilation rapide. Ils font donc grimper le taux de glycémie et ne coupent pas la faim. Les jus de fruits achetés en grande surface sont souvent pauvres en vitamines et antioxydants. Si vous n’avez pas faim pour manger un fruit,  essayez au moins de le presser vous-même et pas plus de 10mn avant de le consommer. Si vous restez sur l’option « bouteille » veillez à ne consommer que  de jus de fruits « 100% pur jus », les jus de fruits « à base de concentré », les « nectars » et autres « boissons aux fruits » sont sucrés, regorgent d’additifs industriels.

La confiture : il en existe des plus ou moins sucrées et de toute manière, privilégiez les confitures maison ! Sinon, sachez que les confitures à morceaux sont moins sucrées que les gelées… et contiennent plus de fibres !

6- Lipides… Attention aux aliments trop gras. Les viennoiseries sont à éviter ou réserver au week-end ! Même si les petits déjeuners anglo saxon ont des atouts, attention aux dérives…. œufs frits, le bacon, les saucisses.

Lien intéressant sur les viennoiseries ! (des surprises ! moi qui croyait que la brioche était moins calorique que le croissant !) : Les viennoiseries ne se valent pas

Dans un prochain article, je vous présenterai des idées originales de petits déjeuners ! Brunch raffiné, petit déjeuner fruité,  macrobiote, international !

 N’hésitez pas à me transmettre à ltdglucides@gmail.com vos menus de petit déjeuner fétiches je les publierai !

IMG_3562

Les e-patients impatients sont pris au sérieux !

1er prix du concours national CREACC pour Le temps des Glucides !

2014-02-05_18-16-31

Deux évènements formidables, une semaine de rêve ! nous avons envie de partager ça avec vous :

1-L’équipe du Temps des Glucides était à Paris mercredi, au Salon des Entrepreneurs pour recevoir un prix du concours national de création d’entreprises « CREACC » organisé par l’Ordre des Experts Comptables et l’APCE (Agence pour la création d’entreprises). Remise des prix en grande pompe à 17h30 devant la presse, des représentants du Ministère de la Recherche, le staff des experts comptables et de l’APCE. Sous le parrainage de Vincent Ricordeau le co-fondateur de la plateforme de financement participatif KissKissBankBank.

Surprise ! annonce du 1er prix « coup de cœur » du jury : Le Temps des Glucides ! Félicitations et encouragements du parrain de la soirée, présentation émue de notre activité. Nous avons remercié nos accompagnateurs, le CEI (centre d’entreprises et d’innovation), l’incubateur Etincel, le groupe EDF, l’Université de Poitiers, l’AFD qui nous soutient et bien sûr vous tous, nous tous, la communauté en ligne des personnes diabétiques, adultes, enfants, type 1 et type 2. Ce prix permet un coup de projecteur sur l’urgence du diabète dans le monde,  l’importance d’un apprentissage adapté et d’un soutien pour améliorer les résultats médicaux et la qualité de vie.

Nous vous en dirons plus sur nos rencontres au cours de cette soirée ! Et en images !

2-La semaine commençait bien par la Matinale « diabète2.0 », organisée par « Doctors2.0 and you » et « FRdoc ». Témoignages d’acteurs de la e-santé, ou plutôt du e-diabète : Fred du site Vivre avec un Diabète, le Docteur Charpentier et son application, le jeu GluciWeb du CHU de Caen, Andréa Limbourg et son tchat-twitter FRdoc, les start-up d’objets connectés comme Withings, DMD santé qui évalue les applications de santé : une salle et des intervenants reflétant bien l’hybridation des nouvelles démarches de soin : médecins, infirmiers, entreprises, geeks, patients, patients experts, associations. Bon pour le moral : si tout ce monde arrive à travailler ensemble, en utilisant les potentialités du Web, quelle avancée pour les malades !

En un mot : nous sommes fiers, nous nous sentons utiles,  Paul et Manon nos enfants sont heureux de ce succès !

Liens à consulter ou aller tweeter :

Frdoc

Doctors20

DMD santé

V-A-U-D

Gluci web

L’application mobile : Le temps des glucides

iPhone p00

Bonjour à toutes et tous !

C’est parti !! Un groupe d’utilisateurs est en train de tester la première version de notre application mobile. J’en profite dans ce post pour les remercier d’avoir accepté de nous aider (les pauvres! ce n’est pas simple pour eux !!).

Vous êtes nombreux à demander où nous en sommes du projet : « le coaching commence quand ? », « Nous attendons l’application! » »

– l’application sera disponible sur l’AppleStore et le PlayStore à la fin du mois : encore un peu de patience, nous sommes à l’étape des corrections de bugs et ce genre d’exercice est toujours assez long.

————————————————————————————————————————————————

– Le site de l’entreprise http://www.letempsdesglucides.com est en cours de développement, nous le mettrons en ligne en même temps que l’application

Je vous donnerai au fur et à mesure toutes les informations et les dates précises de mise en ligne.

En attendant, cette semaine je pars à Paris au Salon des Entrepreneurs pour recevoir le prix Cré’acc! (on n’est pas peu fiers)

A bientôt!

Christophe.

iPhone p04biPhone p06a

iPhone p12iPhone p10c